Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Archives des communiqués > Circulaire Guéant : le retrait pur et simple

Circulaire Guéant : le retrait pur et simple

Thématique : Education/jeunesse/sport/recherche

Date : 5 janvier 2012

Type de contenu : Communiqué de presse

Il aura fallu attendre six mois pour que le Gouvernement revienne enfin sur la très controversée circulaire du 31 mai. Six mois pour qu’il admette sa faute sans pour autant s’en tenir aux critères de la loi CESEDA, votée par le Parlement en 2006.

L’annonce d’une circulaire complémentaire n’est pas de nature à clore la polémique et à effacer le discrédit qui frappe les universités et grandes écoles françaises.

Ces étudiants sont venus en France avec l’assurance que, s’ils obtiennent un diplôme niveau Master et décrochent un contrat de travail, ils auraient la possibilité de mener à terme une première expérience professionnelle. La circulaire du 31 mai avait transformé ce contrat en marché de dupes. Or, les nouvelles instructions ne dissiperont ni le malaise ni les ambigüités.

Les critères de la loi CESEDA offrent plus de garanties que la roulette russe proposée par Claude Guéant où le préfet est encore, in fine, l’unique juge du maintien ou non de l’étudiant sur notre sol. Cette politique du cas par cas risque là encore de faire régner l’arbitraire et l’injustice.

Cet épisode va laisser des traces ; c’est la performance de nos entreprises et de nos universités ainsi que le rayonnement de la France qui sont en jeu. Alors que le monde entier se dispute ces étudiants, l’aveuglement idéologique du Gouvernement n’en est que plus fautif. Claude Guéant a troqué le rayonnement de la France contre une vision comptable erronée. L’image de notre pays, déjà écornée par une politique de stigmatisation des immigrés sort flétrie de ces multiples volte-face.

Il est temps de développer une autre vision des migrants en mettant en avant la chance qu’ils représentent pour le développement de notre pays, a fortiori quand il s’agit de migrants hautement qualifiés. Cette position sera défendue par le Groupe Socialiste le 18 janvier au travers de l’examen d’une Proposition de Résolution que j’ai déposée.

 Bariza KHIARI

Sénatrice de Paris

Vice-Présidente du Sénat

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora