Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Archives des communiqués > L’instruction obligatoire dès trois ans, un des premiers textes de la nouvelle majorité sénatoriale, débattu au Sénat le jeudi 3 novembre

L’instruction obligatoire dès trois ans, un des premiers textes de la nouvelle majorité sénatoriale, débattu au Sénat le jeudi 3 novembre

Thématique : Education/jeunesse/sport/recherche

Date : 2 novembre 2011

Type de contenu : Communiqué de presse

La proposition de loi visant à instaurer l’instruction obligatoire à trois ans sera discutée le jeudi 3 novembre 2011 au Sénat à partir de 19H . Le groupe socialiste a souhaité en faire un des premiers textes législatifs examiné par le nouveau Sénat.

La proposition avait été déposée le 15 avril dernier par Françoise CARTRON, Sénatrice socialiste de la Gironde, au nom du groupe socialiste. Elle figure dans le programme du Parti socialiste adopté à l’unanimité en mai 2011 et est soutenue par l’ensemble des formations de gauche au Sénat.

Celle-ci a pour ambition première de lutter contre le démantèlement en règle de l’école maternelle initié par la majorité et de mettre la jeunesse au cœur des politiques publiques dans les années qui viennent.

Tout d’abord, par le développement de structures parallèles, privées et payantes,  comme les jardins d’éveil, et par une véritable politique de déscolarisation des enfants de moins de 3 ans, le gouvernement remet progressivement en cause les spécificités pédagogiques et l’ambition éducative forte portée par l’école maternelle, notamment dans les zones d’éducation prioritaire et les zones rurales.

Par conséquent, alors que la scolarisation précoce a un impact déterminant sur l’ensemble du parcours de l’élève et sur l’épanouissement des enfants, l’instauration de l’instruction obligatoire à trois ans constitue une première étape nécessaire dans la préservation de ce modèle qu’est l’école maternelle.

 

Cette proposition de Loi s’adresse également aux élus locaux qui manifestent leur colère profonde face aux fermetures de classes décidées unilatéralement par le gouvernement et qui entravent le dynamisme de leur territoire.

 

Dans la Maison des collectivités, les sénatrices et sénateurs socialistes, en votant cette proposition de Loi, entendent préserver et renforcer l’Ecole de la République sur l’ensemble du territoire et redonner sa place prioritaire à l’Education nationale dans notre pays.

 

 

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora