Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Archives des communiqués > Proposition de loi du 19 Mars : un texte de réconciliation nationale

Proposition de loi du 19 Mars : un texte de réconciliation nationale

Thématique : Affaires étrangères/défense

Date : 22 octobre 2012

Type de contenu : Communiqué de presse

Le groupe socialiste votera conforme la proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale le 22 janvier 2002 pour la reconnaissance du « 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc  » dont le rapporteur sera Alain Néri, sénateur socialiste du Puy-de-Dôme. Il s'agit de faire en sorte que la 3ème génération du feu bénéficie, comme ses aînées, de la reconnaissance incontestable de la Nation.

Le 19 mars 1962 est officiellement proclamé "le cessez-le-feu en Algérie", mais ce n'est en aucun cas la fin de la guerre.

Pour les sénateurs socialistes, le 19 mars s'impose comme date historique et symbolique de recueillement et de mémoire pour se souvenir de toutes les victimes civiles et militaires en raison de sa double et indissociable signification au cœur même d'une tragique et douloureuse histoire partagée.

Pour les uns, soldats, leurs familles et leurs amis, cette date correspond à une période cruelle où beaucoup de leurs camarades sont morts. Pour eux cette date était l'annonce du retour en France et d'une paix retrouvée.

Pour nos compatriotes Français d'Algérie rapatriés, c'était l'abandon de leur terre natale et de leurs racines. Pour les Harkis, qui n'envisageaient pas d'autre avenir que dans la France, cette fidélité fût un choix lourd de conséquences pour lequel ils ont payé un trop lourd tribut.

Pour tous, ce fût la guerre et son cortège de violences et de souffrances, de rejets, de silences et d'incompréhensions.

Après la reconnaissance lucide de la sanglante répression de la manifestation du 17 octobre 1961 par le Président de la République, l’adoption définitive du 19 mars permettra que " la guerre d’Algérie restée trop longtemps une guerre sans nom, ne reste pas une guerre sans date historique et symbolique  ", selon Alain Néri, qui avait fait partie des signataires du texte à l’Assemblée nationale en 2002.

Cinquante ans après, les sénateurs socialistes souhaitent que la reconnaissance du 19 mars apporte l’apaisement, pour assumer collectivement cette page douloureuse et inoubliable de l’histoire de France.

Alain NERI ,

Sénateur du Puy de Dôme,

et le groupe des sénateurs socialistes

 

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora