Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du groupe > Communiqué de presse parlementaires de gauche sur le fret ferroviaire

Communiqué de presse parlementaires de gauche sur le fret ferroviaire

Thématique : Environnement/Aménagement des territoires
Services publics/transports/energie

Date : 13 septembre 2019

Type de contenu : Communiqué de presse

Les parlementaires de gauche de diverses sensibilités, du Sénat et de l’Assemblée Nationale, sont mobilisés pour le maintien du train des primeurs Perpignan-Rungis aux cotés des élus de la Région Occitanie, Carole Delga et Jean-Luc Gibelin, et du conseil départemental du Val-de-Marne. Nous souhaitons, à cette occasion, engager une réflexion plus large sur l’avenir du fret ferroviaire.

Alors que nos concitoyens prennent plus que jamais conscience de l’urgence climatique, le dernier « train des primeurs » pourrait s’arrêter et ce sont plus de 20 000 camions supplémentaires qui circuleraient sur nos routes chaque année. Cette situation n’est pas acceptable. Elle aurait pu être mieux anticipée en agissant sur la compétitivité du ferroviaire face à la route qui, elle, n’intègre pas les externalités négatives. 

Les réunions du comité de suivi organisées par les services techniques du ministère avec la direction de la SNCF et les élus locaux, n’ont pas permis d’avancer de façon satisfaisante sur le dossier. Alors que d'un côté le gouvernement a annoncé une reprise de la liaison en novembre, la direction de la SNCF, dont l’État est l'unique actionnaire, n'apporte aucune réponse fiable aux transporteurs, et ce malgré une expression claire des besoins de la part des acteurs de la filière fruits et légumes.

 

Réforme de la SNCF, loi des mobilités, loi PACTE, loi énergie-climat… la liste des occasions manquées par le gouvernement sur le transport de marchandises depuis deux ans est longue. Tout comme pour les petites lignes ferroviaires, le débat et les décisions sur le fret ferroviaire et fluvial sont sans cesse repoussés. Or, il n’est plus possible d’attendre !

Des solutions existent pour le « train des primeurs ». Elles montrent ce qui pourrait être entrepris pour le fret dans son ensemble.

Nous demandons :

-      La définition d’un véritable plan fret national, en lien avec les collectivités, pour que l’ensemble des acteurs économiques puissent s’orienter vers report modal.

-      Dès maintenant un financement dédié assurant les investissements nécessaires au bon fonctionnement de la ligne et maintenir les autres lignes de fret menacées, par la mobilisation du compte d’affectation spécial Services nationaux de transports conventionnés de voyageurs. Le solde cumulé de ce compte était excédentaire de 38,6 millions d’euros à la fin de l’année dernière.

Face à l’incapacité du gouvernement, au moment où les débats sur la loi d’orientation des mobilités se terminent, nous organiserons en amont des débats budgétaires de l’automne un colloque sur l’avenir du transport de marchandises, élément clé d’une stratégie nationale ambitieuse en matière de transition écologique. Nous avons également demandé à être reçus par la ministre des transports.

 

 

 

Patrick KANNER , Président du groupe socialistes et républicains au Sénat Valérie RABAULT , Présidente du groupe socialistes et apparentés à l’Assemblée nationale Olivier JACQUIN , Sénateur PS de Meurthe-et-Moselle Pascal SAVOLDELL I, Sénateur PCF du Val-de-Marne Sophie TAILLE-POLIAN , Sénatrice Génération.s du Val-de-Marne Joël LABBE , sénateur écologiste rattaché RDSE du Morbihan

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora