Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du groupe > Des États généraux de l’alimentation à EGALIM : le grand raté du Gouvernement

Des États généraux de l’alimentation à EGALIM : le grand raté du Gouvernement

Thématique : Agriculture/ruralité

Date : 25 septembre 2018

Type de contenu : Communiqué de presse

Les sénateurs socialistes se sont opposés en nouvelle lecture au texte du projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire.

Regrettant l’absence totale de prise en considération des travaux du Sénat et déplorant le manque d’ambition de ce texte et le rejet dogmatique de leurs propositions, ils ont décidé de voter la Question préalable déposée par la Commission des affaires économiques, pour mettre fin à cette parodie d’examen parlementaire. Henri Cabanel a dénoncé une vision étriquée du bicamérisme.

Unanimement salué, le lancement des États généraux de l’alimentation en juillet 2017, avait suscité des attentes fortes. Mais, après les grands discours, il ne reste pas grand-chose.

Sur le revenu des agriculteurs, le Gouvernement et sa majorité se sont obstinés à refuser que les indicateurs de construction des prix – pourtant essentiels dans leur dispositif – soient validés ou proposés par un organisme public, en l’occurrence l’Observatoire des prix et des marges.

Ils ont finalement laissé aux interprofessions agricoles l’initiative de ces indicateurs, grâce à la ténacité de certains parlementaires notamment du Groupe socialiste. Malheureusement, en cas d’échec des négociations, il reviendrait à la grande distribution et aux industriels de le faire. « Ce sera une fois de plus le pot de terre contre le pot de fer et rien ne changera » a déclaré Franck Montaugé.

Sur les autres dispositions de ce texte, les reculs ont été nombreux : refus d’inscription de l’interdiction du glyphosate dans la loi, rejet des propositions socialistes pour une politique alimentaire plus ambitieuse et surtout rejet de la création d’un fonds d’indemnisation pour les victimes des produits phytosanitaires, issu d’une proposition de loi socialiste de Nicole Bonnefoy. "Le rejet de ce fonds d'indemnisation relève d'une posture politicienne indigne, car les malades n'ont plus le temps d'attendre. Il se peut même qu'un jour, ils engagent la responsabilité de l’État » a indiqué la sénatrice.

Les sénateurs socialistes continueront à se mobiliser pour les revenus et la santé de nos agriculteurs. Ce combat se poursuivra dès le projet de loi de finances pour 2019 dans lequel le Gouvernement a annoncé la suppression du dispositif TODE, pourtant essentiel pour des pans entiers de notre agriculture et particulièrement ceux qui génèrent le plus d’emplois.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora