Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du groupe > La droite sénatoriale s’oppose au développement des paiements pour services environnementaux rendus par les agriculteurs

La droite sénatoriale s’oppose au développement des paiements pour services environnementaux rendus par les agriculteurs

Thématique : Agriculture/ruralité

Date : 12 décembre 2018

Type de contenu : Communiqué de presse

Le Groupe socialiste et républicain du Sénat regrette vivement le rejet de leur proposition de résolution en faveur de la création de paiements pour services environnementaux rendus par les agriculteurs. La droite sénatoriale s’est opposée au texte au motif qu’il reviendrait à contraindre les agriculteurs.

Or, tel n’était pas l’objet de cette proposition de résolution. Les paiements pour services environnementaux (PSE) visent à rémunérer de façon permanente des pratiques agricoles apportant une plus-value environnementale et climatique. Le texte visait à encourager leur développement en appelant le Gouvernement à mettre en œuvre dès maintenant un cadre incitatif et des mesures concrètes.

Comme l’ont rappelé les auteurs du texte, il s’agit bien avec les PSE d’apporter une rémunération complémentaire financée sur les crédits du fonds biodiversité.

« L’agribashing, ça suffit !  » a déclaré Franck Montaugé avant de rappeler que l’objet de la résolution n’était pas « de stigmatiser les agriculteurs mais au contraire de prendre en compte et de reconnaitre à terme l’ensemble des effets bénéfiques de leur action sur la société  ».

« Les PSE changent le paradigme de l’évaluation: on n’est plus dans une obligation de moyens comme pour les mesures agroenvironnementales mais bien dans une obligation de résultats. C’est pourquoi les PSE reposent sur le seul volontariat des agriculteurs  », a précisé Henri CABANEL.

 

Les sénateurs socialistes ont bien conscience que la réforme de la PAC à venir sera le cadre principal de réflexion en matière de PSE. « En tant que grande puissance agricole au sein de l’espace européen, la France à une responsabilité particulière pour orienter la prochaine PAC vers un soutien plus affirmé aux bonnes pratiques  », a ainsi précisé Jean-Claude TISSOT.

Toutefois, ils estiment qu’il ne faut pas attendre et que nous devons d’ores et déjà, en France, créer et développer ces PSE sur l’ensemble de notre territoire.  

Il s’agit ici de répondre à une triple attente : économique – en valorisant les services rendus par nos agriculteurs, tout en leur apportant un revenu complémentaire - sociétale - en répondant aux attentes de nos concitoyens en termes sanitaire et qualité de l’alimentation - et environnementale -  pour faire face aux défis climatiques.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora