Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du groupe > Le Groupe socialiste et républicain opposé au budget 2018 du Sénat

Le Groupe socialiste et républicain opposé au budget 2018 du Sénat

Thématique : Budget/fiscalité/finances

Date : 12 décembre 2017

Type de contenu : Communiqué de presse

Les sénateurs socialistes ont voté contre le budget 2018 proposé par le Sénat. « Ayant déjà rejeté la partie recettes du PLF, nous aurions voté contre sa partie dépenses ; nous avons voté doublement contre celui proposé par la majorité sénatoriale» a expliqué le chef de file Claude RAYNAL.

En effet, le budget du gouvernement fait le choix de lancer toujours plus notre pays dans la compétition d’une économie libérale mondialisée, en supprimant l’impôt sur la fortune (ISF), en donnant des avantages significatifs aux revenus du capital, sans qu’aucune règle ne garantisse pour autant un réinvestissement des sommes concernées dans les entreprises.

Les Sénateurs socialistes s’inquiètent également des répercussions des pertes de recettes pour les collectivités locales, pour le monde associatif mais aussi pour les plus défavorisés, via la baisse des emplois aidés ou encore les efforts demandés aux organismes de logement social.

Loin de proposer de protéger les collectivités et nos concitoyens, la majorité sénatoriale a aggravé les effets de ce budget.

A la suppression de l’ISF, elle a ajouté la suppression de l’impôt sur la fortune mobilière, confirmé la baisse des contrats aidés, voté 3 jours de carence pour les fonctionnaires ou encore proposé la baisse massive des crédits de l’Aide Médicale d’Etat. La droite sénatoriale a refusé de voter les crédits de la mission sécurité, donc les salaires des policiers et des gendarmes, et elle s’est même opposée à la seule mesure fiscale en faveur de nos concitoyens : le dégrèvement de 30% de la taxe d’habitation.

Ce budget est décidément une occasion manquée d’améliorer la vie de nos concitoyens. Les socialistes, qui en ont profité pour faire des contre-propositions utiles avec des mesures telles que l’augmentation de 20 millions d’euros des crédits du Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac) pour revitaliser nos centres-villes, la défense du réseau des établissements scolaires français de l’étranger, la défense d’un consensus pour maintenir les aides au logement social ou encore l’extension à tous les territoires de la prorogation pour 4 ans du Prêt à Taux Zéro, continueront à se mobiliser.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora