Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du groupe > Projet de loi « Climat et résilience » : Le groupe Socialiste, Ecologiste et Républicain déplore un rendez-vous manqué et rejette un texte qui n’est pas à la hauteur de l’urgence des enjeux

Projet de loi « Climat et résilience » : Le groupe Socialiste, Ecologiste et Républicain déplore un rendez-vous manqué et rejette un texte qui n’est pas à la hauteur de l’urgence des enjeux

Thématique : Environnement/Aménagement des territoires

Date : 29 juin 2021

Type de contenu : Communiqué de presse

Après 15 jours de débats menés au pas de course par un Gouvernement pressé d’en finir, les sénateurs socialistes, écologistes et républicains ont dû se résigner à voter contre un projet de loi qui ne permettra ni à notre pays d’être en mesure de respecter les engagements climatiques de l’accord de Paris, ni d’associer l’action climatique nationale à une plus grande justice sociale.

Pourtant, le groupe socialiste, écologiste et républicain a été la première force de propositions du Sénat en formulant des centaines de propositions visant à donner à ce texte l’ampleur qu’il aurait dû avoir et surtout, à ne pas trahir les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Ce véritable rendez-vous manqué du Gouvernement a finalement été conforté par la frilosité de la droite sénatoriale, sur la question de la transition écologique et du nouveau modèle économique et social, structurellement durable, qui doit en résulter.

Ce projet de loi aurait dû nous conduire vers des mutations profondes de nos modes de consommation, de déplacement et de production. Il aurait dû faciliter l’action de transformation des entreprises et porter davantage de transparence dans les financements, publics et privés, de leurs engagements climatiques.

En somme, il aurait dû créer une dynamique pour une grande mobilisation collective, donnant de nouvelles opportunités à tous, tant aux personnes qui sont les plus éloignées de l’emploi qu’aux jeunes générations.

Or, la question de l’emploi et des reconversions, l’accompagnement social vers les grandes transformations à mener dans le transport, le logement ou l’industrie restent les grands absents du débat.

Le texte ne propose aucune mesure de planification des transitions, ni de gouvernance territoriale de nos « objectifs climat », qui sont aussi les clefs de la résilience  et notre réussite collective.

Aucune perspective non plus pour associer les citoyens aux mutations à venir et solliciter leur adhésion. L’expérience de la convention citoyenne ne doit pas rester au bord du chemin mais, au contraire, elle doit continuer de prendre sa place dans un double objectif de solidarité nationale et d’appropriation des enjeux climatiques.

Malheureusement, ni la droite sénatoriale ni le gouvernement ne semble avoir perçu l’urgence de la situation et la responsabilité qui nous incombe. Le GIEC annonçait pourtant il y a encore quelques jours que « le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et de nos petits-enfants ».

Le Groupe Socialiste, écologiste et républicain proposait pourtant des mesures efficaces pour enclencher la grande transformation sociale et écologique que les Français attendent. Nous n'avons plus le temps d'attendre et la France a un rôle déterminant à jouer comme elle a pu le démontrer lors du précédent quinquennat.

Refusant un texte d’affichage, absolument pas à la hauteur de ce que les citoyens étaient en droit d’espérer pour un avenir effectivement durable et socialement plus juste, le groupe socialiste écologiste et républicain votera contre ce projet de loi.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora