Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du président du groupe > Chiffres 2011 de la délinquance : Il faut en finir avec les présentations biaisées de statistiques, nos concitoyens ont droit à plus de transparence et de vérité

Chiffres 2011 de la délinquance : Il faut en finir avec les présentations biaisées de statistiques, nos concitoyens ont droit à plus de transparence et de vérité

Thématique : Justice/sécurité

Date : 18 janvier 2012

Type de contenu : Communiqué de presse

Claude Guéant s’est encore livré aujourd’hui à un exercice de maquillage des faits de délinquance.
Il voudrait nous faire croire, cette année encore, que l’insécurité recule, et que le gouvernement est victorieux dans la lutte contre la délinquance et la criminalité. Il reconnaît à peine une légère hausse de la violence contre les personnes et déplore à minima le nombre croissant des cambriolages dans les habitations principales : 15% quand même, excusez du peu !
 
La vérité est plus sombre  : Les atteintes aux biens - qui regroupent les vols, les destructions et les dégradations – auraient baissé de 2% en 2011, affirme Claude Guéant.  En réalité, plus de la moitié de la baisse de ces chiffres est due au recul spectaculaire des vols liés à l’automobile, principalement grâce à la sophistication croissante des dispositifs de sécurité des véhicules. Certains actes de vandalismes contre les véhicules ou les biens ne font plus l’objet d’une plainte, mais d’une simple main-courante, et ne sont plus comptabilisés. Même chose pour les vols de téléphones mobiles.
 
Quant aux actes de violence contre les personnes, elles se sont accrues de plus de 22% en France métropolitaine au cours de la décennie ; et les violences non crapuleuses, de plus de 50%, selon les chiffres mêmes de l’ONDRP . Il est impossible par ailleurs d’affirmer, comme le fait trop souvent le ministère de l’intérieur, que cette explosion serait principalement due à une déclaration plus importante des violences intra-familiales, car ces dernières ne sont pas comptabilisées en tant que telles, et il est impossible d’en mesurer la part.
 
Cette triste réalité devrait inciter le ministre de l’intérieur à plus d’humilité.
 
Ce n’est pas en travestissant les chiffres, en maquillant les faits, en présentant la délinquance et la criminalité en trompe l’œil que l’on progresse, mais en s’attachant à la transparence et en respectant l’exigence de justice et de sécurité de nos concitoyens. Une démocratie adulte doit pouvoir regarder la réalité telle qu’elle est, et a droit à la vérité.

François Rebsamen

Sénateur Maire de Dijon

Président du groupe socialiste du Sénat

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora