Navigation principale

Navigation dans Le Groupe

Vous êtes dans : Accueil > Le Groupe > Les communiqués de presse > Les communiqués du président du groupe > Sommet des Finances locales à l’Elysées demain : Nicolas Sarkozy va poursuivre sa diabolisation des élus et des collectivités locales

Sommet des Finances locales à l’Elysées demain : Nicolas Sarkozy va poursuivre sa diabolisation des élus et des collectivités locales

Thématique : Collectivités territoriales

Date : 9 février 2012

Type de contenu : Communiqué de presse

A l’origine ce sommet était annoncé comme la volonté de Nicolas Sarkozy d’associer les collectivités locales aux efforts de maîtrise des déficits publics.

Dans une République normale, où les élus des territoires seraient respectés et où l’Etat et les collectivités seraient liés par un pacte de confiance, ce sommet aurait eu toute sa légitimité . Le gouvernement aurait pu en effet rechercher dans un dialogue constructif avec les collectivités, des solutions pour prendre en compte la dégradation  des finances locales frappées de plein fouet par la suppression de la taxe professionnelle, et par les difficultés de financement liées aux normes imposées aux banques et au démantèlement de Dexia,

Malheureusement le contexte dans lequel s’ouvre ce sommet, présage qu’il n’en sera rien et que le Président de la République n’a pas d’autre but en convoquant les Associations d’élus à l’Elysée que de mettre une fois plus les collectivités locales en accusation comme il le fait depuis 2007.

Comme il l’a répété depuis l’annonce du sommet, il va, une fois encore, leur reprocher l’augmentation de leurs effectifs, alors que cette augmentation est le résultat mécanique des transferts de compétences.

Une fois de plus il va critiquer leur gestion financière, feignant d’ignorer que les collectivités, elles, appliquent déjà la Règle d’Or et n’empruntent que pour leurs investissements qui représentent aujourd’hui 70% de l’investissement public de notre pays. Feignant d’ignorer aussi que la part des collectivités dans la dette publique n’est que de 10% soit le même montant qu’en 1981.

Pire, Nicolas Sarkozy a assorti l’annonce du sommet, de la  menace d’une baisse des dotations de l'Etat aux collectivités trop dispendieuses ! 

Le comportement de Nicolas Sarkozy à l’égard des élus pour ce sommet sera donc fidèle à celui de son quinquennat : stigmatisation, culpabilisation et passage en force ! 

 

François Rebsamen

Sénateur Maire de Dijon

Président du groupe socialiste du Sénat

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora