Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Débat sur la situation de l'industrie automobile en France : à quand un ministère Industriel d’anticipation ? > Débat sur la situation de l'industrie automobile en France : intervention de Claude Dilain

Débat sur la situation de l'industrie automobile en France : intervention de Claude Dilain

Thématique : Industrie/entreprise/commerce

Date : 9 février 2012

Type de contenu : Débat

M. Claude Dilain :

Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, l'activité de l'industrie automobile se ralentit en France.

Concrètement, cela signifie des risques de fermeture d'usines ou de délocalisation, avec des conséquences humaines, économiques, mais aussi territoriales, et je veux insister sur ce dernier point, souvent négligé.

Monsieur le secrétaire d'État, je souhaite à mon tour prendre un exemple et vous faire part de mes inquiétudes sur le cas précis de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Ses inquiétudes sont grandes, car les faits, objectifs, sont malheureusement clairs.

Depuis 2004, les activités de l'usine ont été considérablement réduites. Le nombre d'unités est passé de 400 000 à 136 000. Les effectifs ont été divisés par deux. L'usine a perdu une ligne d'assemblage en 2007. Elle est devenue une usine « monoproduit », qui ne construit que la C3 ; son avenir industriel est donc lié au succès commercial de cette seule voiture.

Monsieur le secrétaire d'État, je sais que les dirigeants ont rassuré – si je puis dire – les employés et les élus jusqu'en 2014. Cependant, devant une telle réduction d'activités, devant des ateliers entièrement vides, devant un risque de chômage partiel dès la fin de ce mois, comment être rassuré ? Nous connaissons tous, hélas ! les conséquences d'une fermeture d'usine, avec son lot de dégâts économiques, sociaux et humains.

Au-delà des conséquences que nous subissons trop souvent, je tiens à insister sur une autre catastrophe. Une fermeture d'usine constitue souvent une blessure grave, voire mortelle, pour des territoires fragiles.

J'en veux pour exemple la ville de Sevran, qui est d'ailleurs limitrophe d'Aulnay-sous-Bois. Nous le savons tous, elle a fait parler d'elle au chapitre de la pauvreté, de la délinquance et de la violence. Pourtant, il s'agissait d'une ville riche, agréable, jusqu'à ce que les usines Westinghouse et Kodak ferment leurs portes.

Ce territoire ne s'en est jamais remis ! Je pourrais également parler de Montataire, après la fermeture de l'usine Chausson.

Il faut craindre une évolution identique pour la ville d'Aulnay-sous-Bois, qui doit sa richesse actuelle, en grande partie, à l'usine PSA.

Monsieur le secrétaire d'État, un excellent plan social est peut-être susceptible de soulager les difficultés des employés concernés, mais il ne pourra jamais rien pour les territoires !

C'est la raison pour laquelle, si une fermeture était envisagée, il serait scandaleux pour les employés, et très dommageable pour le territoire, que les dirigeants tergiversent, gagnent du temps – pourquoi ? -, et mettent les salariés, les collectivités territoriales et l'État devant le fait accompli, alors qu'il serait trop tard pour agir.

Je suis d'accord avec Mme Archimbaud pour dire qu'il faut anticiper ce cas de figure, d'autant que la ville d'Aulnay-sous-Bois est actuellement en cours d'élaboration d'un contrat de développement territorial avec les villes de Sevran – justement ! -, Livry-Gargan, Clichy-sous-Bois et Montfermeil, dans le cadre du Grand Paris. Si la fermeture de l'usine doit se faire à court ou à moyen terme, il est fondamental d'intégrer dès maintenant cette mauvaise nouvelle dans le cadre de ces discussions.

Toute autre stratégie serait irresponsable et entraînerait une fragilisation importante de toutes ces villes, lesquelles comptent déjà parmi les plus pauvres de Seine-Saint-Denis.

Monsieur le secrétaire d'État, je ne peux que souhaiter longue vie à l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, mais si tel n'était malheureusement pas le cas, il faut avoir le courage de le dire maintenant. Ce courage, nous le devons aux employés, à la population de la ville et aux élus.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora