Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Le Sénat unanime pour la modernisation du sport professionnel parallèlement au renfort de son éthique > Ethique et Modernisation du sport professionnel : intervention de Daniel Percheron

Ethique et Modernisation du sport professionnel : intervention de Daniel Percheron

Thématique : Education/jeunesse/sport/recherche

Date : 26 octobre 2016

Type de contenu : Intervention

M. Daniel Percheron :

Madame la présidente, monsieur le secrétaire d'État, à moi les trois minutes de temps additionnel ! Mais, puisque l'équipe sénatoriale a été remarquablement soudée, cette figuration est absolument honorable et, puisque vous avez été un capitaine exemplaire, monsieur le rapporteur, cette figuration se voudra constructive !

Toutes mes félicitations, monsieur le secrétaire d'État, pour l'Euro ! Cela vous a déjà été dit, mais cela mérite d'être répété, et amplifié par le micro ! Merci d'avoir célébré l'Europe du sport – et qu'elle est belle !

Toutes mes félicitations à l'État, aussi, pour cette continuité dans l'accompagnement, notamment pour les opérations de construction et de reconstruction, pour l'éclosion des stades de l'Euro. La France en avait besoin !

À cet égard, soyons clairs, en tant qu'élus locaux : un stade est plus qu'un stade !

Voilà deux ou trois décennies, un très grand journaliste, Jacques Ferran, expliquait qu'en voyant, depuis Lisbonne, le peuple portugais monter vers le stade de Luz, l'image d'une procession de pèlerins lui venait à l'esprit.

Il y a, dans les stades, une partie de l'âme des territoires, et il est indéniable que ceux-ci représentent un enjeu considérable dans le développement du sport professionnel et dans le dialogue avec le sport professionnel. Nous avançons sur le sujet, et je m'en félicite !

J'aborderai brièvement la question de la compétitivité. Forcément ! Dans un marché désormais mondial, la France, le modèle français se trouve en difficulté.

Les Houillères nationales, entreprise publique, ont possédé le club de foot de Lens, celui de Sochaux appartenait à Peugeot et celui de Sedan était adossé à une entreprise textile locale. Mais vous savez ce qu'il en est aujourd'hui, mes chers collègues : le club de Sochaux a été acheté par un investisseur chinois et l'Arabie Saoudite, le pays où l'on coupe la main des voleurs – pas des agents, des voleurs –, rode autour de celui de Sedan. Quant au club de Lens, il s'est même permis, à un moment donné, d'appartenir à l'Azerbaïdjan, un pays des bords de la mer Noire.

Est-ce ainsi que nos clubs professionnels vivent ?...

La solution, Dominique Bailly la propose et la commission, soudée, la soutient. Le capitalisme français est bien trop timide. Il y a bien Louis Nicollin, Jean-Michel Aulas ou encore François Pinault, mais le capitalisme français hésite et, comme vous l'avez remarquablement dit, monsieur le secrétaire d'État, c'est une véritable révolution culturelle qui s'impose.

D'ailleurs, en assimilant, dans la suite du rapport Glavany, le sport à la culture, vous faites un pas peut-être décisif… Non, le sport n'est pas une marchandise comme les autres, y compris – je le précise à l'attention de mes collègues écologistes – le sport professionnel, et la redevance permet vraisemblablement de commencer à avancer sur le chemin de la compétitivité.

Un chiffre, pour terminer : 33 000, c'est le nombre de spectateurs pour un match de deuxième division au stade Bollaert de Lens ; c'est aussi le nombre de spectateurs que l'opéra de Lille accueille en un an. Or l'opéra de Lille, qui est de qualité, perçoit 9,5 millions d'euros de subvention publique quand seuls quelques milliers d'euros sont attribués au stade Bollaert et, par cet intermédiaire, à ce qui constitue une véritable culture populaire.

Les émotions procurées par une grande manifestation sportive sont-elles inférieures à la centième ou deux-centième interprétation de La Traviata  ? Je ne le crois pas ! Par conséquent, je dis : oui à la compétitivité !

Je n'évoquerai pas la transparence, qui est dans l'air du temps… (Exclamations.)

Ayant eu l'occasion de rencontrer la bienveillante fermeté de la DNCG, j'indiquerai simplement ceci : donnons-lui, comme cela est proposé, les moyens d'être totalement la DNCG ! C'est absolument indispensable !

Faisons aussi en sorte que la publicité soit directement adressée aux élus locaux. Après tout, les grands clubs empruntent le nom d'une ville, d'un département ou d'une région. Dès lors, les élus ont le droit de savoir !

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora