Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Le Sénat vote la qualité de l’offre alimentaire en Outre-mer > Qualité de l'offre alimentaire en outre-mer : intervention de Félix Desplan

Qualité de l'offre alimentaire en outre-mer : intervention de Félix Desplan

Thématique : Solidarité/Santé/Sécurité sociale

Date : 21 mai 2013

Type de contenu : Actualités

M. Félix Desplan :

Monsieur le président, monsieur le ministre, madame la présidente de la commission, monsieur le rapporteur, chers collègues, le sucre a écrit les premières pages de l'histoire de la Guadeloupe.

Plus de trois siècles après, il nous réunit pour mettre fin à une autre injustice : celle de l'inégalité entre consommateurs. Les Ultramarins n'ont pas droit à la même qualité alimentaire. Cela n'est pas juste !

Cette proposition de loi vise donc à rétablir l'égalité face à des disparités discriminatoires justifiées par des prétextes fallacieux.

Nous avons tous, sans exception, une appétence innée pour le sucre. Carburant indispensable, il est à la fois le meilleur et le pire de nos aliments. Sa carence ou son absence nous est fatale ; mais son excès, qui est de nos jours beaucoup plus courant, est tout aussi dangereux.

Aujourd'hui, la consommation de sucre, comportement ubiquitaire des sociétés industrialisées, dépasse des niveaux plus que nécessaires.

Pourquoi celle des Ultramarins devrait-elle être plus importante ? Doit-on laisser notre destin aux mains de la dictature du sucre raffiné ? Doit-on laisser de nouveau s'orchestrer un crime organisé, basé sur le commerce du sucre, ce doux poison, ce doux assassin ?

Dans le cadre du projet guadeloupéen de société, nous, élus, réunis en congrès le 21 décembre 2013 sur la thématique « santé et alimentation », avions déjà été édifiés de l'état de santé des Guadeloupéens.

Afin de faire évoluer les pratiques alimentaires, la nécessité de mener des politiques publiques et d'établir des plans d'actions s'est peu à peu imposée dans nos agendas.

Une mauvaise alimentation tue bien plus de personnes chaque année que les drogues. Notre consommation de certains aliments est telle qu'elle s'apparente à une addiction à des drogues dures.

Disons-le : le sucre est bel et bien une drogue contemporaine. Il participe directement à l'apparition de plusieurs maladies et problèmes de santé, notamment l'obésité et le diabète. Mais, non content de causer des dégâts durables sur notre santé physique, il fragilise notre équilibre mental. Un nombre croissant de recherches scientifiques démontre que, en surconsommation, il peut influencer l'humeur et les comportements humains, dont l'agressivité, la violence. En effet, une hypoglycémie favorise l'irritabilité et l'agression impulsive.

Ces études sont principalement d'origines étrangères, je l'admets. Mais doit-on attendre des confirmations en France avant d'agir ? Peut-on rester les bras croisés ?

Les maux dont souffre ce bout de terre, qui m'est cher, sont déjà bien suffisants. La violence et l'insécurité qui la malmènent sont l'expression de pathologies sociétales. S'il est des facteurs exogènes, comme le sucre en provenance de nos assiettes, qui la rongent de l'intérieur, il est de notre devoir de les éliminer.

Le Président de la République a porté lors de sa campagne cette grande idée d'égalité des territoires. Lors de la conférence de presse du 16 mai, il a de nouveau rappelé cette ligne de conduite : « Je fais en sorte que là où il y a plus d'inégalités, nous fassions davantage. […] La promesse de l'égalité, ce n'est pas une nostalgie, ça reste une ambition. »

Cette valeur est une part de notre identité, une promesse sur laquelle la France s'est historiquement construite et à laquelle nous nous devons d'être fidèles. Donnons-nous l'ambition de la tenir, en commençant par réconcilier tous ceux qui font la France. Traduisons en actes, dès aujourd'hui, cette belle idée d'égalité, ce droit intangible. Faisons-en une réalité concrète pour les ultramarins !

Je voterai donc cette proposition de loi, traduction du onzième engagement du carnet de campagne de François Hollande pour l'outre-mer.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora