Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Le Sénat vote la qualité de l’offre alimentaire en Outre-mer > Qualité de l'offre alimentaire en outre-mer : intervention de Jacques Cornano

Qualité de l'offre alimentaire en outre-mer : intervention de Jacques Cornano

Thématique : Solidarité/Santé/Sécurité sociale

Date : 21 mai 2013

Type de contenu : Intervention

M. Jacques Cornano :

Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, la proposition de loi qui est aujourd'hui soumise à notre examen revêt une importance essentielle en termes de santé publique pour les collectivités d'outre-mer.

Toutefois, la santé publique n'est pas le seul enjeu : à l'heure où le Parlement étudie la gestion des déchets et le gaspillage alimentaire, notre réflexion doit être guidée par l'objectif global de développement durable.

Les problématiques soulevées par ce texte sur les dates limites de consommation et les dates limites d'utilisation optimale des produits alimentaires me donnent le sentiment que nous ne faisons qu'entrevoir un problème sanitaire beaucoup plus vaste à l'échelle nationale et que les pratiques des industriels de l'agroalimentaire sur les marchés des collectivités d'outre-mer sont, en réalité, symptomatiques.

Les questions relatives au taux de sucre et aux dates de consommation des produits vendus outre-mer que nous évoquons aujourd'hui concernent également la gouvernance de l'économie locale et montrent une nouvelle fois les difficultés que rencontrent nos collectivités pour trouver les moyens de favoriser la production locale et le contrôle des produits. De ce point de vue, l'article 4 du présent projet constitue une avancée intéressante. Néanmoins, il aurait été possible d'aller plus loin ; j'y reviendrai tout à l'heure.

Afin que la proposition de loi « visant à garantir la qualité de l'offre alimentaire en outre-mer » soit à la hauteur de son intitulé, il est nécessaire que la réflexion soit poursuivie au-delà du présent texte, que les mesures futures soient encore plus ambitieuses et que nous continuions à résister aux injonctions de certains lobbys industriels. Je dis bien « certains » car il est inutile de stigmatiser les industriels de l'agroalimentaire et de leur faire supporter la charge de tous les problèmes de santé publique et d'inégalité de traitement entre les consommateurs ultramarins et métropolitains.

Toutefois, chacun doit prendre ses responsabilités. À cet égard, la responsabilité des pouvoirs publics est d'intervenir pour faire cesser ces pratiques, qui ne sont pas illégales et ont notamment pu perdurer en raison du vide juridique en la matière.

J'en profite pour souligner de nouveau les incohérences d'un système dans lequel on veut absolument soumettre aux règles de droit rédigées pour la métropole des territoires dont les contextes, notamment environnementaux, sont différents. Est-il normal que les producteurs et industriels ultramarins soient soumis aux mêmes réglementations des guides de bonnes pratiques d'hygiène que les industriels métropolitains ? Avec des normes différentes à l'égard de nos industriels, précédées d'études scientifiques adaptées à nos milieux naturels, différents de la métropole – le plus souvent tropicaux –, nous n'en serions peut-être pas là.

Par ailleurs, je suis certain qu'il sera bien utile de nous réunir à nouveau d'ici quelque temps pour réétudier les incidences pratiques du présent texte et de revoir les dispositifs de sanctions à l'encontre de ceux qui auraient trouvé des stratégies pour contourner la loi.

Le texte de loi qui nous est soumis constitue une avancée intéressante et démontre la politique volontariste menée par le Gouvernement à l'égard de nos outre-mer. Par conséquent, je le voterai !

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora