Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Le Sénat vote la qualité de l’offre alimentaire en Outre-mer > Qualité de l'offre alimentaire en outre-mer : intervention de Thani Mohamed Soilihi

Qualité de l'offre alimentaire en outre-mer : intervention de Thani Mohamed Soilihi

Thématique : Solidarité/Santé/Sécurité sociale

Date : 21 mai 2013

Type de contenu : Intervention

M. Thani Mohamed Soilihi :

Monsieur le président, monsieur le ministre, madame la présidente de la commission, monsieur le rapporteur, mes chers collègues, notre assemblée est appelée aujourd'hui à examiner une proposition de loi visant à mettre fin à une situation discriminatoire et injustifiée : dans nos territoires d'outre-mer, certains produits alimentaires comme les sodas ou les yaourts contiennent bien plus de sucre que leurs équivalents vendus en métropole.

Aucun impératif de conservation ne saurait être invoqué pour justifier cet état de fait, sinon pour quelles raisons les délais de péremption d'un produit alimentaire seraient-ils plus longs en outre-mer que partout ailleurs sur le territoire ?

Les industriels font état d'une prétendue appétence des Ultramarins pour le sucre. Cette affirmation n'est fondée sur aucune étude scientifique et ne saurait constituer un argument valable. Comme chacun le sait, le sucre appelle le sucre. Consommé régulièrement, il peut même devenir une véritable addiction.

On sait aujourd'hui que cette différence de traitement, qui avait déjà fait l'objet d'une proposition de loi en 2011, rejetée par la précédente majorité, est en partie responsable du surpoids, de l'obésité, mais aussi de pathologies graves associées telles que le diabète, l'hypertension artérielle ou les maladies cardiovasculaires, qui touchent aujourd'hui plus durement les Ultramarins que les Hexagonaux.

Certes, l'obésité ne trouve pas son origine dans la seule teneur élevée en sucre de l'alimentation. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Mais il est essentiel de donner aux populations ultramarines la possibilité de choisir de mieux se nourrir.

Il y a encore cinq ans, faute d'enquête spécifique, la situation du diabète à Mayotte n'était pas connue. La première grande étude transversale de la population réalisée en 2008, afin d'estimer la prévalence du diabète et des facteurs de risque cardiovasculaire, a révélé que 35 % des hommes et 32 % des femmes étaient en surpoids, et que l'obésité touchait 17 % des hommes et 47 % des femmes. La prévalence du diabète s'élevait à 10,5 % alors qu'elle est de 4,9 % en France métropolitaine. Chez les plus de trente ans, une personne sur dix était atteinte ; chez les plus de soixante ans, une personne sur cinq. Et plus d'une personne sur deux ignorait qu'elle était diabétique !

L'émergence de ces « nouvelles maladies » à Mayotte a correspondu avec la transition socioéconomique à laquelle l'île a fait face ces dernières années.

Certaines organisations telles que l'Association des jeunes diabétiques de Mayotte, l'AJD 976, et Rédiab Ylang 976, dont je tiens ici à saluer le travail, relayent les campagnes nationales et jouent un rôle essentiel en matière d'éducation thérapeutique du patient. Il faut encourager ces organisations et davantage les aider.

En prévoyant d'aligner le taux de sucre en outre-mer sur celui de l'Hexagone, cette proposition de loi ne tend à rien de moins qu'au rétablissement de l'égalité. Les inégalités territoriales en matière de santé sont particulièrement importantes entre nos territoires et la métropole. Ce texte a le mérite de mettre un terme à l'une d'elles.

Il est également l'occasion de rappeler les bienfaits d'une alimentation saine et équilibrée, et d'insister sur l'importance des campagnes d'information et de sensibilisation, notamment dans les écoles.

Ce texte répond, enfin, à la onzième des trente propositions faites par François Hollande en faveur des outre-mer lors de sa campagne électorale.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora