Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Préserver la qualité de nos produits agricoles et lutter contre la fraude : le Sénat adopte une loi socialiste valorisant les fromages fermiers, le miel et le vin. > Signes de qualité des produits agricoles : l’intervention de Jean-Claude Tissot

Signes de qualité des produits agricoles : l’intervention de Jean-Claude Tissot

Thématique : Agriculture/ruralité

Date : 3 avril 2019

Type de contenu : Intervention

Jean-Claude Tissot :

Monsieur le président, monsieur le ministre, madame, monsieur les rapporteurs, madame la présidente de la commission, chers collègues, nous sommes nombreux, dans cet hémicycle, à avoir regretté que la loi qui devait décliner les états généraux de l'alimentation ne soit pas allée plus loin.

Finalement, la loi Égalim n'aura permis ni de garantir un revenu réellement rémunérateur pour les agriculteurs ni d'améliorer réellement l'accès à une alimentation saine, durable et de qualité. Il était donc d'autant plus regrettable que les quelques avancées obtenues au cours de nos travaux aient été retoquées par le Conseil constitutionnel, pour une raison de forme.

Il n'était bien évidemment pas possible pour nous de nous pencher de nouveau sur l'ensemble des dispositions rejetées. Avec cette proposition de loi, notre collègue Marie-Pierre Monier nous invite donc à nous concentrer sur l'amélioration du dispositif relatif aux signes de qualité et d'origine.

Cette démarche me semble tout à fait pertinente, les SIQO étant fortement emblématiques de ce que nous voulons pour l'agriculture et l'alimentation de demain. Ils permettent en effet de valoriser la qualité des produits, le savoir-faire de nos producteurs, y compris à travers le prix de vente.

Avec les SIQO des produits fermiers, seul le producteur reçoit le bénéfice de la plus-value dont il est à l'origine. Ils constituent aussi l'une des réponses à la demande croissante des consommateurs d'une plus grande transparence en matière de qualité et de sécurité alimentaire.

Plusieurs des dispositions de ce texte sont ainsi très attendues par les agriculteurs. La plupart de ces mesures avaient été adoptées à une large majorité, tant dans cette chambre qu'à l'Assemblée nationale. Elles ne devraient donc pas a priori  susciter de clivage politique profond entre nous. D'ailleurs, j'imagine que nos collègues du groupe Les Républicains, en saisissant le Conseil constitutionnel, n'avaient pas particulièrement l'intention de faire tomber ces dispositions, qu'ils avaient eux-mêmes soutenues.

Le choix, inhabituel pour un texte qui ne comporte que cinq articles, de deux corapporteurs, issus l'un de notre groupe et l'autre de la majorité sénatoriale, marque cette volonté de parvenir à un consensus large sur cette proposition de loi. Henri Cabanel et Anne-Catherine Loisier, qui étaient rapporteurs de ces mêmes articles pour la loi Égalim, pourront ainsi enrichir nos débats de leur expertise.

Nous aurons peut-être des divergences sur la rédaction « technique » de ces articles, notamment à l'article 4, mais nous souhaitons réellement parvenir à un accord, afin que les SIQO puissent bénéficier de la juste reconnaissance que cette proposition de loi peut leur apporter.

C'est aussi pour cela que nous avons fait le choix, à l'article 1er et, initialement, à l'article 3, de nous en tenir à la rédaction de l'Assemblée nationale lors de la dernière lecture de la loi Égalim. Nous souhaitions ainsi permettre à ce texte d'être le mieux armé pour affronter les écueils de la navette parlementaire.

L'article 2 ne devrait pas poser de difficulté puisqu'il est rédigé dans les mêmes termes que la proposition de loi concernant la Clairette de Die de notre collègue Gilbert Bouchet, laquelle est d'ailleurs annexée au présent texte.

Avec cette proposition de loi, nous avons la possibilité de mieux reconnaître et protéger des produits français qui sont constitutifs de notre patrimoine commun. Je pense, en particulier, aux vins et aux fromages fermiers.

Nous avons l'occasion de redonner de la sérénité aux consommateurs qui veulent pouvoir acheter en confiance des produits de qualité, sains et au moindre impact environnemental. La question de l'étiquetage des miels en est particulièrement symbolique.

Enfin, nous avons une occasion de nous appuyer sur de bonnes pratiques existantes, en les confortant, afin de faire un pas supplémentaire vers le modèle agricole que nous avons le devoir de mettre en place pour notre planète et les générations qui vont nous succéder.

Pour ces raisons, mon groupe votera ce texte.

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora