Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Travaux parlementaires > Questions cribles thématiques : efficacité énergétique, notamment en matière de transport et de logement > QCT : efficacité énergétique : intervention de Roland Courteau

QCT : efficacité énergétique : intervention de Roland Courteau

Thématique : Environnement/Aménagement des territoires
Services publics/transports/energie

Date : 31 janvier 2012

Type de contenu : Question au gouvernement

M. Roland Courteau.

Monsieur le secrétaire d'État, il existe de colossaux gisements d'économies d'énergie à réaliser à la fois dans l'intérêt de l'environnement et dans celui des particuliers. Je pense tout particulièrement aux quatre à cinq millions de ménages qui habitent des logements « passoire » et qui sont plongés dans la précarité énergétique.

L'essentiel des gisements d'économies d'énergie se trouvent non pas dans les enseignes lumineuses, comme cela a été dit, mais plutôt dans le bâti,…

… qui absorbe 43 % de la consommation d'énergie.

Oui, on estime à plus de cinq millions le nombre de ménages vivant dans des logements « passoire » !

Cela fait d'autant plus mal que, en six ans, la facture de gaz a bondi de 60 % et celle de l'électricité de 12 %.

Cela fait d'autant plus mal que les ménages pauvres consacrent 16 % de leur revenu à l'énergie, contre 6 % pour les ménages aisés.

Pour tenir nos engagements et nos objectifs, nous devrions procéder à l'isolation thermique de 1 million de logements par an.

Or le Grenelle en prévoyait 400 000 en 2010 ; seuls 150 000 ont fait l'objet de travaux et, en 2011, quelques dizaines de milliers.

Quant au crédit d'impôt développement durable, il n'en finit pas de fondre. Il représentera en 2012 une dépense de 1,4 milliard d'euros, contre 2 milliards d'euros en 2011 et 2,6 milliards d'euros en 2010, soit une réduction de 47 % de l'enveloppe en deux ans.

Bref, coup de rabot après coup de rabot, que reste-t-il de l'espérance suscitée par le Grenelle ? Que reste-t-il des propos tenus par le Président de la République lui-même, qui déclarait ceci : « Je veux que le Grenelle soit l'acte fondateur d'un New deal écologique » ?

À force de défaire et de détricoter, on va finir par croire que le Gouvernement est atteint du complexe de Pénélope… (Exclamations amusées.)

Monsieur le secrétaire d'État, dans ces conditions et avec une telle politique, comment pouvez-vous envisager d'atteindre l'objectif de réduction de 38 % de la consommation énergétique des bâtiments d'ici à 2020 ?

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora