Navigation principale

Navigation dans Actualités

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Assassinat de Samuel Paty : la question d'actualité de David Assouline

Assassinat de Samuel Paty : la question d'actualité de David Assouline

© mlb

Thématique : Education/jeunesse/sport/recherche
Justice/sécurité

Date : 21 octobre 2020

Type de contenu : Question d'actualité

Le sénateur de Paris a interrogé le gouvernement sur l'assassinat de Samuel Paty et sur la protection des enseignants. 

 

 

M. David Assouline  : Monsieur le Premier ministre, au nom de mon groupe, je tiens à exprimer notre immense peine et notre solidarité à la famille et aux proches de Samuel Paty, odieusement assassiné par un terroriste islamiste.

Un professeur a été assassiné. Ce n'est pas par hasard. L'islamisme politique, cet extrémisme qui ne peut ni ne doit être confondu avec la religion musulmane, celle de bon nombre de nos concitoyens, doublement meurtris aujourd'hui, développe une offensive idéologique obscurantiste contre tout ce qu'incarne la République indivisible, sociale, démocratique et laïque. C'est sur la base de ce qu'il a semé dans les esprits par de multiples réseaux, bénéficiant de nombreuses complaisances ou aveuglements, qu'un terroriste s'est senti encore « autorisé » à tuer.

Un professeur a été assassiné. Il était de celles et de ceux qui, au quotidien, avaient pour mission de permettre à nos jeunes de devenir des citoyennes et des citoyens émancipés, capables d'exercer leur liberté individuelle de jugement et d'expression, c'est-à-dire de leur permettre d'échapper à des assignations à résidence communautaire, familiale, culturelle, religieuse, sociale ou territoriale.

Un professeur a été assassiné. Il était de celles et de ceux qui, dans des conditions souvent difficiles, à contre-courant des haines qui se déversent impunément, devaient expliquer que les femmes et les hommes sont égaux, que personne ne peut être discriminé en raison de son origine, de sa religion, de sa couleur de peau ou de son orientation sexuelle et qu'aucune loi religieuse ne peut s'imposer à la loi de la République.

Un professeur a été assassiné. Alors, je vous demande d'affirmer avec force que personne n'est supérieur au professeur de l'école de la République laïque pour la transmission de nos valeurs fondamentales ! Je vous demande aussi d'honorer les 900 000 enseignants, ces piliers de la République, en les protégeant mieux, en renforçant leurs moyens et en les valorisant aux yeux de toute la société ! Ce serait le meilleur hommage à M. le professeur Samuel Paty. 

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora