Navigation principale

Navigation dans Actualités

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Relations diplomatiques avec l'Arabie Saoudite : la question d'actualité de Marie-Arlette Carlotti

Relations diplomatiques avec l'Arabie Saoudite : la question d'actualité de Marie-Arlette Carlotti

Thématique : Affaires étrangères/défense

Date : 18 novembre 2020

Type de contenu : Question au gouvernement

La sénatrice des Bouches-du-Rhône a interrogé le gouvernement sur le respect des droits de l'Homme en Arabie Saoudite et sur la position de la France.

 

 

Marie-Arlette Carlotti : Ma question s’adresse à M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères. Lors des commémorations du 11 novembre dernier, à Djeddah, la France a été visée par un attentat à l’explosif. Une nouvelle fois, notre pays est attaqué au sein du royaume, alors même que l’Arabie saoudite brigue cette année la présidence du G20, qui se réunira, ce vendredi, de manière digitale.

Au-delà des attaques envers la France, l’ensemble des ONG réclame que les pays membres du G20 mettent l’Arabie saoudite face à ses responsabilités et en finissent avec l’hypocrisie. En effet, en dépit des campagnes de communication menées par le royaume, l’Arabie saoudite continue les détentions arbitraires des militants des droits de l’homme : l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, par exemple, reste impuni à ce jour.

De même, la militante féministe Loujain Al-Hathloul est détenue depuis 2018, arrêtée alors qu’elle participait – écoutez-moi bien, mes chers collègues ! – à une campagne en faveur des droits des femmes… Autant dire que c’était une terroriste ! Emprisonnée sans perspective de procès équitable, elle fait aujourd’hui la grève de la faim.

D’autres femmes sont torturées à l’électricité ou à coups de fouet ou subissent des sévices sexuels pour avoir demandé la fin du système patriarcal. Toutes sont réprimées pour « menaces à la stabilité du pays » : en Arabie Saoudite, le féminisme est qualifié « d’extrémisme ». Mais c’est du droit des femmes qu’il s’agit, de celui d’aller et de venir, de travailler, d’être libre, tout simplement. La France ne peut tolérer cela !

Dans ce contexte de violations répétées des droits de l’homme en Arabie saoudite, quelle sera la position de la France lors du G20 ?

Vous n’en avez, à ce jour, pris aucune. Or le G20 est l’occasion de montrer au monde que la France est toujours capable de défendre les libertés fondamentales. Monsieur le secrétaire d’État, allez-vous prendre vos responsabilités et mettre l’Arabie saoudite devant les siennes ?

Partager cette page sur

  • Générer en PDF
  • Suggérer
  • Haut de page

Navigation

eZ Publish - © Inovagora